les Squatters de la barre BALZAC à la Courneuve….

Avez-vous vu la vidéo sur internet de l’évacuation de la barre BALZAC à la Courneuve ?

Voici les déductions que j’en ai faites :

- Je suis surprise de voir en première ligne devant les policiers, des femmes, alors qu’au  début de la vidéo en voit des hommes qui regardent sans bouger. quel courage Messieurs !

- D’autre part, si j’avais été une de ces femmes, je n’aurais pas exposé mon enfant à une éventuelle violence. En ce qui concerne cette femme avec son enfant dans le dos, elle était au sol quand les policiers l’ont trainée : ils n’avaient pas vu son enfant dans l’échauffourée.

En clair : les hommes se protègent en laissant les femmes aux prises avec les policiers, et les femmes se retranchent derrière leurs enfants. C’est un peu trop facile d’accuser les policiers.

Après les sommations d’usage qui demandaient aux squatteurs d’évacuer les lieux, ceux-ci ont refusé d’obtempérer. A partir de là, l’évacuation du campement sauvage au pied de la tour Balzac s’est faite selon la procédure légale dans ce type de circonstance.

S’il suffisait de se rebeller pour obtenir gain de cause, cela se saurait, et ce ne serait d’ailleurs pas souhaitable : les lois seraient abolies, le désordre serait notre lot quotidien (nous n’en sommes d’ailleurs pas si loin).

La France meurt de sa réputation de « patrie des droits de l’homme » : des gens venus d’ailleurs réclament le droit d’être logés, alors qu’ils sont  illégalement sur notre territoire, et que certains  Français ne sont pas logés dans des conditions satisfaisantes.

Je me souviens que mes parents, mon frêre et moi habitions à Paris dans un petit deux-pièces, au sixième étage  d’un immeuble sans ascenseur, et il ne serait pas venu à l’idée de mes parents, et de bien d’autres personnes dans notre cas, d’aller manifester pour obtenir un logement plus grand. A la suite Des demandes que nous avions déposées , il nous avait été répondu, qu’on relogeait les grandes familles en priorité, et que l’attente était aux alentours de cinq à dix ans ! !

Maintenant, si des personnes jugent inhumain le sort de ces squatteurs, qu’ils s’engagent à en héberger quelques uns ils feront une bonne action en rapport avec leurs idées. Qu’on se le dise.

laisser un commentaire.

Laisser un commentaire